Rédaction web

Les 10 Commandements du rédacteur web (question de vie ou de mort 😇)

Pour réussir en rédaction web, suis ces 10 commandements coûte que coûte.

Devenir un bon rédacteur est une chose, mais s’épanouir dans son métier, prendre plaisir à maîtriser le content marketing, ou simplement être en phase avec ses ambitions, en est clairement une autre. Et comme sur le web, tu n’auras le droit à aucun cadeau (ou presque), je pense qu’à défaut d’être salarié et de devoir suivre un patron, autant être rédacteur web freelance et fixer ses propres règles. Pour ce faire, je te propose de découvrir les 10 commandements du rédacteur web qui sait ce qu’il vaut, ce qu’il veut et où il va.

1 – Tes tarifs tu ne baisseras pas 

Je sais à quel point tu pourrais être tenté de baisser tes tarifs pour : 

  • décrocher la collaboration dont tu rêvais ; 
  • faire signer à ton potentiel client ce fichu devis ; 
  • ou même, t’aligner avec le soi-disant budget du client.

 

Néanmoins, passer par cette case n’est pas viable pour ton business et inutile d’en étoffer les raisons, si ? Trouver des clients n’est pas une mince affaire lorsque tu débutes et que tu n’as pas assez de matière pour présenter tes compétences, certes. Je ne pense pas que marchander tes tarifs te fasse paraître plus professionnel pour autant. Dans le cas contraire, tu seras content d’avoir obtenu cette collaboration, mais au fil du temps tu constateras que ton travail n’est pas rémunéré à sa juste valeur. Confier la rédaction à un expert du référencement naturel a un coût et ça, crois-moi, ton client le sait bien. 

 

À ce stade de ta réflexion, la question est vite réglée. Soit, la personne en face de toi sait parfaitement ce que du contenu professionnel et des textes optimisés peuvent apporter à son classement dans les moteurs de recherche. De même, elle sait également qu’un style rédactionnel unique saura fidéliser son audience. Dans ce cas précis, tu n’as pas à te soucier de baisser tes tarifs pour te voir confier la stratégie de contenu de son site. Soit, tu es face à une personne qui ne réalise absolument pas l’importance du contenu et les résultats que tu peux lui apporter. Si tu es dans cette position, laisse moi te dire que tu perds clairement ton temps. Continue d’avancer, tu trouveras des clients avec lesquels ça sera un vrai plaisir de collaborer, qui auront une pleine confiance en tes capacités et te rémunèreront à ta juste valeur. 

 

2 – La confiance en tes capacités tu auras 

Honnêtement, je pense que cette règle est indéniablement liée à la précédente. Tout simplement, tu ne peux pas penser que tes tarifs sont justifiés si tu te laisses envahir par le syndrome de l’imposteur, la peur de la concurrence, ou je ne sais quelle autre excuse bidon. Apprendre à rédiger est une compétence. Et je suis ravie de te dévoiler un secret : une compétence, ça s’acquiert, se maîtrise et s’améliore. Autrement dit, inutile de s’obstiner à se comparer, c’est la perte d’un temps précieux que tu pourrais optimiser à d’autres actions plus productives pour tes intérêts. Et lorsque je parle de confiance en ses capacités pour proposer du contenu de qualité, je ne recommande pas de prendre la grosse tête pour devenir expert en communication digitale. Néanmoins, si tu constates que tes clients sont ravis de la qualité du contenu que tu leur a concocté, tu n’as pas de raisons valables de douter de tes compétences. Tu pourras toujours faire mieux, mais ça ne veut pas dire que tu doives remettre en question ta légitimité et tes tarifs par la même occasion.

 

3 – Maître du choix de tes clients tu seras

Lorsque tu auras passé ces étapes, tu pourras te rendre compte que personne d’autre que toi ne peut décider à ta place de ce que tu peux faire ou non. Et je vise également le choix de tes clients dans cette mesure. Laisse moi te donner un exemple. Tu reçois le mail d’un client qui te demande un devis pour une ou plusieurs prestations. Rédaction de textes, community management, réécriture… Bref, peu importe. Ce client te parle un peu de son projet, sa ligne éditoriale et ses objectifs pour que tu puisses structurer ta stratégie digitale. Comme à ton habitude, tu lui proposes un appel téléphonique pour échanger au sujet de cette collaboration. 

 

Mais… au cours de cet appel, tu constates que le client ne sait pas vraiment ce qu’il veut. En fait, non. Il veut tout faire en même temps, mais il n’est pas très motivé à investir dans la production de contenus. Il préfère axer sa stratégie sur la création de son offre, son site web et c’est tout. En d’autres mots, lorsqu’il va te demander la fameuse question des tarifs, il s’attend à ce que sa liste de vœux au père Noël (toi ^^) soit à la limite du bénévolat. 

 

Là, tu te dis que tu aurais vraiment besoin de cette collaboration en ce moment et que si tu refuses sa proposition tu vas retourner à la case prospection sans avoir l’assurance de trouver un autre client rapidement. 

 

Je te laisse alors répondre : que ferais-tu dans cette situation ? Est-ce que tu pourrais sacrifier ton temps pour veiller à la rédaction de ses pages web ? Ou alors, es-tu capable de partager clairement ton point de vue à ce client, au risque de rendre cette collaboration inexistante ? À mes yeux, une affirmation est essentielle : c’est lui qui a besoin de toi et non l’inverse. En partant de ce constat, la réponse devient évidente. 

4 – Tes arrières tu assureras 

Tu n’as peut-être pas l’impression de faire tourner une entreprise à toi seul en étant assis derrière ce bureau (ou au chaud dans ton lit), mais la rédaction de contenu est bel et bien un métier. Qui dit métier, dit prestations, clients, devis, factures, ou encore acompte. A partir de là, je te conseille vivement d’assurer tes arrières et d’anticiper un quelconque conflit d’intérêt avec la partie adverse. Tu ne vois pas ce que tu risques ? Hum… laisse moi réfléchir… Être au beau milieu d’une collaboration avec un client qui disparaît du jour au lendemain sans explications, ou encore par exemple, rédiger des contenus pour lui et ne jamais recevoir ton paiement. Toutes ces situations n’arrivent pas qu’aux autres. Il est donc vital que tu prennes des précautions comme : 

  • attendre le retour d’un devis signé par le client pour débuter une collaboration ; 
  • établir un contrat entre les deux parties pour des collaborations sur du long terme ; 
  • demander un acompte avant de produire du contenu ; 
  • ou encore, rédiger des conditions générales de ventes adaptées à ton offre que tu feras signer au client en même temps que le devis. 

 

5 – Tes deadlines tu respecteras 

Si tu veux conserver ton poste de rédactrice ou de rédacteur web, respecter les deadlines n’est pas un choix, mais une nécessité. Là encore, tu as deux situations possibles : 

  • Soit, le client te propose lui-même une date dans le respect de son calendrier éditorial ; 
  • Soit, il te demande tes disponibilités et c’est à toi que revient cette responsabilité. 

Bien sûr, dans un cas comme dans l’autre, personne ne va t’imposer quoi que ce soit. Mais si tu donnes une date de livraison à ton client, tu devras tout faire pour respecter ton engagement, sauf dans les cas de circonstances exceptionnelles, dont tu avertiras ton client en amont. D’où l’intérêt de rédiger des CGV pour définir et expliquer les différentes clauses (responsabilités, litiges, délais…).

 

6 – La prospection tu maitriseras 

Pour devenir rédacteur et apprendre l’optimisation seo, une formation en rédaction peut suffire. Néanmoins, elle ne te dispensera pas pour autant de la prospection. Et même si ce n’est pas une partie de plaisir, surtout lorsqu’on n’est pas habitué à sortir de sa zone de confort, c’est une étape presque inévitable. Certes, tu peux travailler avec une agence de stratégie digitale, ou une plateforme. Ainsi, ce n’est pas à toi de t’en charger puisque les clients te sont envoyés directement. Je pense pourtant qu’il est indispensable de maîtriser la prospection, car tu devras t’y coller un jour ou l’autre. Autant commencer tôt et te perfectionner. Eh oui, avant de rédiger un article, ou des fiches-produits, encore faut-il convaincre le client de te choisir toi plutôt qu’une autre personne. 

7 – Des initiatives tu prendras

Selon moi, il y a des occasions à ne pas rater pour prendre des initiatives. Lorsque tu proposes un appel téléphonique par exemple, il est important que le client se souvienne de toi, même après avoir raccroché. Si tu sais créer cette première impression, tu peux miser sur le fait qu’il reviendra obligatoirement vers toi pour son marketing de contenu. D’ailleurs, très souvent, lorsque c’est le client qui te contacte pour son contenu web, il contacte en parallèle d’autres rédacteurs et décide après réflexion de la personne qui va travailler à ses côtés. Sachant cela, il est d’autant plus essentiel de marquer les esprits. Par ailleurs, je te confie quand même que de savoir que je suis potentiellement en “concurrence” avec d’autres professionnels me refroidit directement. 

 

Et comme je sais à quel point tu aimes les petites anecdotes, voici venue c’est la petite minute de racontage de vie. Comme je te le disais, un client m’a fait comprendre que même si on avait fixé un rendez-vous téléphonique et que mon travail lui plaisait, il avait également contacté d’autres personnes qui promettaient du contenu de qualité. Seulement voilà… je l’ai su au cours de cet appel. Nous avions parlé de la potentielle rédaction d’articles et du SEO du site, de la création de contenu pour les réseaux sociaux et même de rédiger du contenu unique, appuyé sur le storytelling, pour sa campagne. Comme tu t’en doutes, il m’a finalement demandé si j’avais des questions avant de clôturer notre conversation. J’avais deux options : 

  • Poser des questions bateau comme 95% des autres “candidats” pour montrer son intérêt au poste et faire bonne impression selon des règles qu’on pourrait aisément contester ;
  • Ou simplement rester soi-même et se démarquer de la concurrence. 

 

J’ai choisi la seconde option. Je lui ai répondu que non, je n’ai aucune question utile à poser à l’heure où nous parlons. Et que lui comme moi, savons que cet appel n’est qu’une formalité. Néanmoins, lors d’un prochain appel qui lui, sera appuyé sur du concret, nous pourrons fixer les termes de notre collaboration, définir sa stratégie et poser de vraies questions. 

 

Honnêtement, je pense qu’il était un peu troublé de ma réponse. Il a ri, m’a dit qu’effectivement, c’est bien vrai et qu’on en reparlerait très vite. Quelques jours plus tard, l’initiative a payé. 

8 – Une organisation claire tu conserveras

La rédaction de contenu est une affaire de temps et d’investissement. Tu vends tes compétences, mais tu donnes surtout de ta personne. Et si tu ne garantis pas une organisation claire dans ton business, tu prends des risques pour toi et ton client. Attention, je ne suis pas du tout en faveur d’une journée de travail rythmée au tic tac de l’horloge. Sinon, quel intérêt d’être rédacteur freelance ? Pour ce qui est de la rédaction SEO elle-même, tu dois aussi organiser ton travail. Mots-clés, requêtes, cibles… Tu dois tout définir clairement avant de savourer le plaisir d’écrire pour le web. Et si tu veux impressionner l’algorithme du moteur de recherche, assure-toi de connaître et appliquer les règles de rédaction. Par ailleurs, une organisation digne de ce nom passe aussi par le fait de prendre du temps pour soi. 

9 – Ton sommeil tu préserveras 

Être rédactrice web n’est pas de tout repos, mais lorsque tu travailles de chez toi c’est encore plus usant. Ajoute des enfants à cette addition et tu as un bon cocktail d’overdose digitale. Il est donc essentiel de préserver ses heures de sommeil pour rester productive, et je me parle à moi-même avant tout quand je dis ça. Dans mon cas, le blogging est un vrai plaisir. Traduction : je n’arrive pas à lâcher l’affaire tant que je n’ai pas terminé ce que j’ai commencé (et commencé un autre truc entre-temps 😅). D’ailleurs, je trouve que je suis bien plus efficace la nuit tombée que tout au long de la journée. 

 

10 – Du plaisir tu prendras

Je sais que définir une stratégie éditoriale ne va pas forcément te mettre des papillons dans le ventre. En même temps, combien de rédacteurs vont te dire : “moi j’adoooore passer des heures à étudier le classement d’un mot-clé, travailler le maillage, et surtout définir le champ lexical !!” 👀 Très clairement, ce n’est pas ce que je vise quand je dis aimer écrire du contenu. Pourtant, si tu prends réellement du plaisir à faire ce que tu fais (et c’est valable pour n’importe quel métier), tu n’auras aucun mal à partager tes compétences et asseoir ta notoriété dans ton domaine. 

 

Alors, dis-moi, est-ce que tu obtiens un 10/10 dans le respect de ces commandements ? 💻

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *