La rédaction, c’est comme la cuisine. 

 

Si tu oublies un ingrédient… Ou que tu as la main trop lourde… Tu risques au mieux, un truc fade. Et au pire, la catastrophe. 

Même chose pour tes contenus. 

Tiens, prenons un email marketing par exemple. 

En plein lancement, tu as le pied sur la ligne rouge. Trop vendeur, tu te fais tirer dessus. Pas assez, tu passes à la trappe. 


Sauf que trouver un juste milieu là dedans c’est aussi délicat que préparer un bon caramel. Tu dois savoir quand t’arrêter. 

 

Bon, le point positif, c’est que si la rédaction est vraiment comme la cuisine, il y a donc une recette.

 

Ça tombe bien, c’est pile ce que je te propose dans cet article. 7 Ingrédients pour une Rédaction – À s’en Lécher les Doigts

 

1- Concocter une histoire vraisemblable

 

Oui, c’est quand même la base. Avant d’enfiler un tablier, il serait question de savoir exactement ce que tu comptes préparer. 

 

Après… Je ne suis pas contre l’improvisation. Mais quand elle reste en cuisine. 🙂

 

Là, tu vois, il nous faut une délicieuse histoire. Et ce qui la rendrait vraiment irrésistible, c’est une bonne dose de réel. 

 

Si tu veux que ta cible te lise, ta rédaction doit lui parler. Tu dois lui mettre sous le nez un scénario auquel elle pourrait croire. Mieux, une réalité à laquelle elle s’est déjà heurtée. 


Elle est censée se dire directement “mais oui, moi aussi ça m’est déjà arrivé” ou “je pense exactement ça moi aussi” et même “grrrrr ça m’énerve autant que toi, oui”. 

 

Ça tu vois, c’est ton aller simple vers le cerveau de ta cible. C’est ta meilleure option pour qu’elle pose tout ce qu’elle a dans les mains pour écouter attentivement ce que tu vas lui raconter.

Tu sais pourquoi ? Parce qu’elle est alors persuadée que tu ne vas pas lui raconter de salades. (Tu n’oserais pas, hein ?) 

 

Au lieu de ça, tu auras toute son attention parce qu’elle a besoin de ce que tu vas dire. Et si tu veux y arriver, eh bien tu dois…

 

2 – Garnir de personnages qui ressemblent à ta cible

 

Le but est quand même qu’elle soit ouverte à ton message. Le meilleur moyen de remplir ta part du marché, c’est donc d’inclure dans ton storytelling des personnages qui ressemblent à ta cible.

Enfin… Il faudrait déjà commencer par connaître ta cible dans les moindres détails : 

 

  • Ce qu’elle aime faire 
  • Ce qu’elle déteste 
  • Qui sont les personnes qu’elle fréquente 
  • Qui est-ce qui l’inspire ? 

 

Ensuite, tu dois réfléchir à des situations qu’elle aurait déjà rencontrées. Quelles sont les difficultés auxquelles elle s’est heurtées ?

Voilà, tu n’as plus qu’à laisser mijoter le tout, avec les bons personnages pour créer un effet miroir. 

 

3 – Incorporer un désir 

 

Parmi les ingrédients d’une (très) bonne rédaction, on retrouve systématiquement un désir. D’ailleurs, c’est une des techniques utilisées dans le storytelling Disney.

Les secrets du Storytelling Disney | Épisode 1 : La Belle et la Bête 

 

Bon, tu vois les questions que tu t’es posées pour définir le problème de ta cible ? Si tu as bien fait les choses, tu as dû te poser THE question : qu’est-ce que ma cible désire profondément ? Qu’est-ce qui la maintient éveillée le soir ? 

 

Dans ta page de vente, dans tes posts Instagram, dans tes articles de blog… Bref. Toute ta communication doit tourner autour de ce désir. 

 

Imagine que ce désir est un puzzle. Toutes les pièces pour le former sont en réalité chaque partie de ta stratégie de communication. 

 

4 – Ajouter des détails palpables

 

Plus tu ajoutes de détails à ton storytelling et plus ton lecteur vivra ta rédaction à 100%. 

 

Le truc, c’est que tu dois savoir quand tu dois en mettre ou non. Parce que tu ne dois pas non plus alourdir ta rédaction. Et je pense qu’on est d’accord là-dessus, c’est carrément relou de lire un texte avec des phrases à rallonge. Encore pire quand c’est pour ne rien dire d’intéressant. 

 

Il y a quand même des cas dans lesquels tu devrais passer un peu plus de temps à la réflexion pour détailler tes propos. Voici quelques exemples : 

 

  • Quand tu racontes une histoire : forcément, tu décris les personnages, tu parles de leurs sentiments… Tu ne peux décemment pas négliger les détails. Sinon, bah… Ton histoire va faire 2 lignes quoi. 😅

 

  • Si tu expliques un concept : tu dois donner des exemples, faire des analogies… C’est tout l’intérêt d’expliquer en fait…

 

  • Dans un contenu marketing : page de vente, email marketing… Tout ce qui doit inciter ta cible à passer à l’action. Tu ne peux pas y arriver sans passer par la case détails pour créer une connexion solide avec ta cible. 

 

En pratique, tu peux apporter des détails à ta rédaction de différentes façons. Mais j’aime bien le faire avec des émotions, ou des métaphores. Ce qui nous amène au point suivant. 

 

5 – Rehausser avec quelques émotions 

 

Un texte sans émotions est fade et sans âme. Alors parmi les ingrédients d’une bonne rédaction, on retrouve forcément plusieurs émotions. À toi de choisir lesquelles en fonction de ce que tu veux faire ressentir à ta cible. 

 

Quel message as-tu envie qu’elle retienne ? Quelles sont les émotions par lesquelles ta cible doit passer avant d’en arriver à ton message. 

 

Un exemple. Si tu vends un accompagnement pour aider ta cible à mieux s’organiser, ton message est relativement clair. 

 

“Avec mon aide, tu pourras (enfin) t’organiser pour passer plus de temps sur ce que tu aimes faire”

 

Maintenant que tu connais le message, tu dois dessiner le chemin à prendre pour arriver à cette destination. Une carte. Je ne suis pas assez claire ? 

 

Hummm, disons que tu joues au Petit Poucet et que tu déposes plusieurs cailloux à chaque étape. Comme : 

 

  1. raconter le quotidien actuel de ta cible pour faire ressortir ce dont elle est consciente  : un stress énorme causé par son manque d’organisation, la procrastination qui condamne sa motivation…
  2. créer une vision de ce qu’il va se passer si elle continue comme ça : ses to-do list qui se rallongent toujours un peu plus, au même rythme que ses objectifs s’effacent par exemple. Tu mets le doigt sur sa plus grande crainte : la peur de voir ses attentes s’envoler.
  3. lui montrer ce à quoi ça pourrait ressembler si elle reprenait les choses en main : en d’autres mots, matérialiser son désir le plus cher. Tu dois faire preuve de beaucoup d’empathie pour arriver à cibler exactement ce qu’elle voudrait voir. 

 

Et ce n’est qu’un mini exemple de ce que tu peux faire avec des émotions dans ta rédaction.

 

6 – Battre les métaphores et les ajouter au tout

 

Quand tu as planté le décor, un très bon moyen de faire passer des émotions – et de marquer l’esprit de ta cible – est par l’exemple. 

 

On peut dire qu’utiliser les métaphores est une façon plus douce pour atteindre cet objectif. Mais ce qu’on devrait souligner, c’est surtout qu’avec un exemple tu crées une distance entre ta cible et la situation que tu décris : 

 

“Le moment où tu t’énerves, c’est exactement comme quand tu oublies ta cocotte sur le feu. Tu ne sais pas quand ça va arriver, mais tu sais qu’elle va se mettre à siffler très fort. Jusqu’à tout brûler.” 

 

Alors qu’avec la métaphore, tu établis des connexions directes entre ce que tu dis et ce que tu veux faire ressentir à ta cible : 

 

“Anna sent ses jambes se transformer en deux blocs de glace glissants. Chaque centimètre de son corps se fige pendant que son cœur martèle de toutes ses forces.”

 

On sait que ses jambes ne sont pas vraiment deux blocs de glace glissants. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’elle ne tient plus sur ses jambes. 

 

On aurait très bien pu dire “Anna se sent mal”. 

 

Mais est-ce que tu aurais ressenti le malaise d’Anna ? Bien sûr que non. 

 

Voilà toute la force des métaphores. 

 

7 – Saupoudrer d’un soupçon d’humour 

 

Ça passe toujours mieux quand il y a de l’humour, non ? Et 100x plus quand tu expliques quelque chose de spécifique à ta thématique. Enfin… En partant du principe que tu n’as pas envie d’assommer ta cible avec des explications barbantes. 

 

On pourrait donc résumer les choses comme ça. Utiliser l’humour dans ta rédaction, te permet de : 

 

  • faciliter l’apprentissage de ton domaine 
  • vulgariser tes propos 
  • inclure ta personnalité dans tous tes contenus 
  • créer une image de marque unique.

Je sais. Je sais. Plus facile à dire qu’à faire, c’est ça ? 

 

Humm, c’est peut-être pour ça que je t’ai écrit tout un article pour t’aider à écrire avec humour (sans devenir lourd). 

Story’Tips | Comment (Bien) Écrire Avec Humour – Même si T’es un Beauf

 


Alors, dis-moi, c’est quoi ta recette à toi pour une rédaction à s’en lécher les doigts ? 

 

P.S. : Maintenant que tu as tout ce qu’il te faut pour une délicieuse rédaction, tu devrais peut-être lire cet article pour passer d’amateur à artiste.

Pin It on Pinterest

Share This