Parfois, tu lis un texte et tu penses “waw, c’est vraiment bien trouvé”.

 

Sauf que quand tu passes de spectateur à acteur, difficile d’en faire autant. Le truc, c’est que tout ton business repose sur la communication. 

 

Ah mais, j’oubliais l’essentiel. Tu veux te tenir aussi loin que possible de ton pire cauchemar. Le marketeur adepte de gros titres, fervent partisan de la vente de rêve et du forcing. 


Heureusement, tu peux prendre à peu près 42 autres chemins sans le croiser celui-là. Comme apprendre à te présenter de manière originale. Ou parler de tes offres de façon vraiment intéressante.


Euh, tu noteras que j’ai dit intéressante, pas assommante.  

 

Alors, pour y arriver, le tableau est relativement simple. D’abord, tu nous fais une première esquisse de ton article. Et ensuite, tu vas ajouter un ou plusieurs de ces atouts pour raviver ta rédaction. 

 

On a un deal ?

 

1 – L’Univers Généralisé

 

Ouais, j’ai inventé le nom. Mais je pense que l’explication te plaira.

 

C’est pas compliqué. S’il y a un thème dominant dans ton image de marque, tu peux l’étendre à ta rédaction. 

 

Par exemple, le premier site qui me vient en tête pour illustrer ça, c’est WPMarmite. Si tu ne connais pas, c’est un site qui traite de sujets relatifs au CMS WordPress. Création d’un site, hébergement, outils indispensables, extensions… Bref. Tout quoi. 

 

Entre nous, sa chaîne Youtube en vaut vraiment le détour si tu as des palpitations quand il s’agit de technique. 


Mais je m’égare. 

 

Ce qui nous intéresse ici, c’est la façon dont WPMarmite a réussi à étendre le thème de la cuisine qui apparaît dans son logo, à son contenu. 

 

Dans les titres : 

Dans les noms de ses formations : 

Et même dans ses appels à l’action :



Plusieurs façons de généraliser ton univers pour raviver ta rédaction : 

 

  • Travailler les titres des articles en suivant le thème 
  • Utiliser des visuels qui collent parfaitement à ton univers 
  • Faire des choix de mots volontairement décalés dans tes appels à l’action

 

Ah et, tu n’es pas obligé d’utiliser cette technique sur tout ton site. Ça risque même de devenir lourd. En revanche, utilisée avec parcimonie dans des endroits stratégiques, elle rendra ton image aussi unique qu’attirante. 

 

2 – Le Pouvoir des Anecdotes

 

Les anecdotes donnent une dimension réelle à ton article, ta page de vente, ou ton post. Sans compter que c’est bien plus amusant de raconter une mini-histoire que d’énoncer des faits abstraits. 

 

Enfin, si tu sais choisir la bonne anecdote pour faire passer ton message ou amener ton idée. 

 

Pour y arriver, c’est comme pour écrire un bon article, tu dois commencer par la fin. Je veux dire par là que tu dois d’abord définir ce que tu veux apprendre à ta cible et ensuite réfléchir à une anecdote qui pourrait bien l’illustrer.

Attention, ce n’est pas une généralité pour autant. Parfois, il t’arrive quelque chose dans la journée et ça te donne une idée vraiment intéressante à partager avec ton audience.

Au final, tu peux faire comme tu le sens. Tant que ton anecdote apporte de la valeur à ton texte, ou est un exemple concret qui vient remplacer des explications floues. Bah oui, l’anecdote n’est pas là pour faire du remplissage. 

 

3 – Les Détails croustillants

 

Si tu veux réussir à persuader un minimum ton audience, tu dois être le plus crédible possible. Et c’est cette crédibilité qui créera un effet boule de neige avec la cohérence pour asseoir sa notoriété. 

 

Regarde, je te laisse juger. 

 

Parmi ces deux phrases, laquelle est la plus puissante en terme de conversion :  

 

“En très peu de temps, j’ai doublé mon trafic avec cette stratégie.”

 

“En l’espace d’1 mois, je suis passé de 636 visiteurs uniques à 1346 avec cette stratégie.”

 

Il n’y a pas photo. La deuxième phrase est si concrète qu’elle en devient limite palpable. Pendant que la première se contente de reprendre le discours des marketeurs pompeux. 

 

Et ça s’applique à tout ton site. Sur ta page à propos par exemple, au lieu de “Je travaille avec toutes sortes d’entreprises”, préfère “Mes clients vont du rédacteur au webmaster, sans oublier le webdesigner et même le community manager.” 

 

Si tu es coach, plutôt que de garantir la liberté financière, donne vie à tes propos en utilisant des exemples détaillés comme : 

 

“Tu pourras enfin arrêter de stresser passé le 21 du mois et mettre de côté pour acheter cette parfaite petite maison au bord du lac.”

 

Plus tu apportes de précisions dans ton contenu, et plus tu gagnes en crédibilité. Surtout quand tu racontes une histoire. Fais toujours en sorte de répondre aux questions qui, où, quoi, comment, combien, avec qui…


Après ça, ose me dire que tu n’as pas réussi à raviver ta rédaction. 

 

4 – La Magie du Langage Sensoriel

 

Le meilleur raccourci vers le cerveau de ta cible est de passer par le langage sensoriel. Si tu parviens à la faire voir, entendre, toucher, sentir et même goûter à la seule force de tes mots, tu as remporté le jackpot. 


Pas parce que tu vas te remplir les poches. Mais plutôt parce que tu auras touché un point sensible. 

 

Imagine que le cerveau de ta cible représente un panneau de commande avec des boutons à t’en faire perdre la tête. Tout ce que tu sais, c’est que le vert enclenche ses émotions et que le jaune est lié à son esprit sensoriel. Pour ce qui est de l’énorme bouton rouge gros comme une prune, c’est lui qui déclenche l’action. 

 

Maintenant, si tu veux avoir une chance de te rapprocher de ce gros bouton rouge, tu vas devoir te familiariser avec les deux autres. 

 

Si je t’ai donné cet exemple, ce n’est pas pour rien. Certaines études de neurosciences ont montré qu’utiliser un mot lié à la texture par exemple, active la zone du cerveau associée au toucher. Et ce, même si ce mot n’était pas du tout choisi dans ce contexte.

 

Humm, est-ce que j’ai besoin de préciser qu’un contenu qui active des zones du cerveau de ta cible est plus susceptible d’être mémorable et impactant ?

 

Sachant cela, tu dois tout faire pour stimuler l’imagination de ton lecteur. De toute façon, le pire que tu puisses obtenir, c’est de le convertir du type qui scroll un article à celui qui n’en rate pas une miette. Ce qui en soi, est l’étape qui mène à la réflexion, puis à l’achat. 

 

Et crois-moi, ça n’a rien de facile.

 

5 – L’intérêt des Analogies 

 

“If you don’t understand it, Google it.” ? 

 

Allez, nouveau slogan. 

 

Analogie, nom féminin : Ressemblance établie par l’esprit (association d’idées) entre deux ou plusieurs objets de pensée essentiellement différents.

 

Ouais, donc trouver un rapport entre deux choses qui à la base n’ont rien à voir entre elles. 

 

Ça peut faire partie de ton storytelling par exemple.

L’intérêt ? Bah, si tes services ou tes produits sont incompréhensibles pour une personne lambda, ton meilleur atout est l’analogie. Enfin, si tu ne veux pas que tout ce qui sorte de ta bouche soit du charabia en tout cas. 


Alors, comment on fait ? 

 

En suivant un conseil idiot, mais diablement efficace pour t’inspirer de bonnes analogies. Imagine que ce que tu comptes dire, tu vas l’expliquer à un enfant de dix ans. 

 

J’aime bien comparer le développement web à une construction de Lego. Sauf qu’à la fin, au lieu d’une maison, on obtient un site quoi. Ou mieux, une application. 

 

Peu importe l’angle que tu choisis, tant que tu mets toutes les chances de ton côté pour rendre ton contenu plus digeste. 

 

Et ça tu vois, c’est l’art de raviver ta rédaction. On ne t’appelle plus amateur, mais artiste. 

 

Alors dis-moi, quels sont les atouts que tu as choisis d’ajouter à ta petite œuvre d’art ? Partage-les-moi en commentaires. 

 

Pin It on Pinterest

Share This